Formation et entrepreneuriat : Quand l’informel rime avec le formel ! KAMANDA Jean, menuisier de son état, avait choisi l’INPP afin de rendre formel son métier appris dans le tas!

Publié le 15-05-2018

« Après quelques années d’apprentissage auprès d’un menuisier ami de mon père, il m’a fallu encore six mois de formation à l’INPP pour devenir un menuisier accompli. » affirme un ancien stagiaire.

De taille moyenne, la quarantaine, Jean KAMANDA est un homme déterminé à réussir. Confié depuis son jeune âge par son père à un ami d’enfance pour être initié à la menuiserie, l’homme n’a pas pu combler sa soif d’apprendre. Il est donc resté sur sa faim! En quête d’informations sur son métier, il découvrira grâce aux siens l’existence de l’INPP.
‘‘Ce fut un jour pas comme les autres.’’ J’avais appris au cours d’une conversation avec d’autres apprentis-menuisiers qu'à l’INPP il était possible de parfaire ma connaissance en menuiserie sans pour autant avoir un diplôme d’état, étudier à moindre coût et enfin obtenir un brevet. Sans plus attendre je m’y suis rendu. Fort heureusement pour moi les inscriptions étaient en cours. Mon apprentissage terminé, j’avais enfin trouvé confiance en moi. Je pouvais établir correctement un devis, fabriquer convenablement d’autres meubles qui me semblaient difficiles auparavant, tels que les divans, les lits, etc...» a-t-il confié.

Selon M.KAMANDA, la plupart des stagiaires formés éprouvent des difficultés à créer des ateliers. Il estime en effet que lui et les collègues de sa promotion ont bénéficié d’une « expérience unique » leur offerte par l’INPP ; qui leur a permis de prendre leur envol.

« L’INPP nous a convaincu, mes collègues de promotion et moi, de constituer un groupe de travail. Chose faite. Nous avons donc cotisé, vendu nos biens et, avec l’argent récolté, ensemble nous avons pu acheter les nécessaires pour la fabrication des chaises, lits en bois, garde-robe, table, pour finalement partager les dividendes. Il en fut ainsi pendant un certain temps. Grâce à cette initiative j’avais pu réunir une grande partie de fonds qu’il m’a fallu pour l’ouverture de mon propre atelier.

Cela fait maintenant quinze ans que j’encadre plusieurs apprentis et stagiaires »a-t-il-conclut.